Nouvelles

Les fouilles de 1959 place de La Baille - par daniel le 15/12/2017 @ 14:58

Les fouilles de 1959 place de La Baille

 

Mercredi 13 décembre le pôle archéologie de l'Académie s'est réuni pour découvrir une série d'objets gallo-romains provenant des premières recherches archéologiques menées sur le plateau de la Baille en 1959. A cette époque l'archéologie de sauvetage (aujourd'hui archéologie préventive) en était à ses balbutiements.

Durant l'année 1959 la construction de la barre d'immeubles qui se dresse aujourd'hui au sud de la place de La Baille fut précédée par la démolitions des anciennes maisons et les terrassement qui suivirent occasionnèrent la mise au jour de nombreux vestiges. Jean Combier fut l'un de ceux qui s'efforcèrent de recueillir les traces du passé antique de la ville ainsi mis au jour mais les autorités de l'époque ne furent guère à l'écoute des archéologues...

 

2017_12_13_Ac_Mac_03.jpg

 

Réunion du pôle archéologie dans la salle lamartine de l'Hôtet Senecé.

 

2017_12_13_Ac_Mac_010.jpg

 

Le site de la place de La Baille en 1959.

Photographie d'André Jeannet tiré de sa publication dans la revue Terre Vive de 1965

2017_12_13_Ac_Mac_011.jpg

 

Le site de la place de La Baille en 2017, à droite l'immeuble construit en 1959.

 

2017_12_13_Ac_Mac_04.jpg

 

 

Jean Combier préside cette séance en collaboration avec Daniel Barthèlemy.

 

2017_12_13_Ac_Mac_08.jpg

 

Ici, un genre de coupe en céramique sigillée. Ce vase à boire identifié par les archéologues comme la forme 33 selon la typologie de H. Dragendorff (archéologue allemand qui a classé les sigillées à la fin du XIXe siècle) provient de l'atelier de Lezoux dans le Puy-de-Dôme. Il s'agit d'une production typique du IIe siècle de notre ère.

 

 

2017_12_13_Ac_Mac_01.jpg

 

Jean Combier explique les emplacements des découvertes.

 

2017_12_13_Ac_Mac_02.jpg

 

Les participants attentifs examine ce mobilier céramique.

 

2017_12_13_Ac_Mac_05.jpg

 

Une lampe en terre cuite fabriquée aussi à Lezoux au IIe siècle.

 

2017_12_13_Ac_Mac_07.jpg

 

Ce fragment de gobelet est orné d'un riche décor. Ce type de céramique est appelé métallescente en raison de l'aspect de son vernis. Toute une série de vases de ce genre a été retrouvée regroupée dans un espace limité par des traces de bois carbonisé (un antique buffet abritant la vaisselle de la demeure ?). On peut tout du moins en émettre l'hypothèse.

 

2017_12_13_Ac_Mac_09.jpg

 

Cette grande coupe en sigillée décorée en relief de motifs végétaux pourrait bien provenir de l'atelier de Gueugnon. Il s'agit d'une forme Dragendorff 37.

Comme les autres fragments, elle date du IIe siècle de notre ère et témoigne de la présence probable d'une riche résidence urbaine dans ce secteur de la ville de Matisco !

 

2017_12_13_Ac_Mac_06.jpg

 

Enfin cet élément, toujours en céramique sigillée est plus ancien. Nous avons là affaire à une production italique de l'atelier d'Arezzo datée du dernier quart du premier siècle avant notre ère (identification de François Cognot). Il s'agit de la signature du, ou plutôt des potiers qui ont fabriqué ce vase. En effet les lettres AT et ZO indiquent les noms d'ATEIVS et de ZOILVS. Cette marque est une preuve supplélentaire du d"veloppement de la ville dès après la conquête romaine

 

Ces objets vont désormais  rejoindre les collections du musée de Mâcon

 

*************************************************

 

 

 

 


Recherche



Calendrier

Lundi 28 Mai 2018

Agenda pour les 200 prochains jours


18-06-2018

Archives

Webmaster - Infos

Haut