Nouvelles

fabriquer une tuile romaine - par daniel le 21/11/2017 @ 15:56

Fabriquer une tuile romaine plate à rebord

La tegula

Dans le cadre des ateliers du GAM, en prévision d'un atelier pédagogique, réalisation de tuiles romaines de type "tegula" (d'un modèle légèrement réduit).

 

2017_tegula_021.jpg

Le couple "tegula / imbrex" emblématique des toitures antiques

 

Les étapes de la fabrication de la tegula

 

2017-tegula001.jpg

Le moule servant à la fabrication des tuiles

2017-tegula002.jpg

Pétrissage de l'argile

2017-tegula003.jpg

Sablage du moule

2017-tegula004.jpg

Et des bords

2017-tegula005.jpg

L'argile est posée dans le moule

2017-tegula006.jpg

L'argile est étalée

2017-tegula007.jpg

Et encore étalée

2017-tegula008.jpg

Les rebords sont réalisés en ramenant le surplus d'argile contre les bords du moule

2017-tegula009.jpg

Découpe du surplus

2017-tegula010.jpg

Lissage de la tuile

2017-tegula011.jpg

Affinage des bords de la tuile

2017-tegula012.jpg

Découpe des encoches arrières

2017-tegula013.jpg

Découpe des encoches arrières, suite

2017-tegula014.jpg

La tuile est faite

2017-tegula015.jpg

Il reste à la démouler

2017-tegula016.jpg

Et voila, c'est fait !

2017-tegula017.jpg

De nouvelles encoches sont faites sur les bords avant à l'extérieur

2017-tegula018.jpg

La tuile est prête : séchage puis  direction le four

 

*****************************************


Le GAM en visite - par daniel le 20/11/2017 @ 15:29

Le GAM en visite

Clichés :  Michel Dégrange

 

Le GAM à eu l’opportunité de visiter deux chantiers de fouilles menés par l’opérateur d’archéologie préventive Archéodunum. Le premier chantier a été celui de Sainte-Colombe, à côté de Saint-Romain-en-Gal, en face de Vienne. Le second, a été une fouille mâconnaise, rue Victor Hugo, à l’emplacement de l’ancien cinéma le Royal.

 

 

La fouille de Sainte-Colombe

Ce chantier tout à fait exceptionnel est dirigé par Benjamin Clément. Sur plus de 5000 m², a été mis au jour un ensemble remarquable de vestiges correspondants à une partie de l’agglomération antique de Vienne qui s’étendait alors de part et d’autre du Rhône. Les bâtiments retrouvés sont des habitats privés et des édifices publics. La presse s’est faite l’écho de ces découvertes d’une ampleur rarement égalée. Le site a même été comparé à un "petit Pompéi". En effet, l’équipe de Benjamin Clément a pu dégager par endroits les restes d’habitat qui avaient brûlé et ainsi avaient été scellés sur plusieurs mètres d’épaisseur éléments d’architecture et objets du quotidien. Les fouilleurs peuvent alors retrouver un instantané de la vie à l’époque gallo-romaine dans une grande cité de la Gaule.

2017_visite_001.jpg

Sous un ardent soleil de la fin août, les archéologues dégage patiemment les vestiges.

 

2017_visite_005.jpg

En blanc, Benjamin Clément nous fait découvrir avec passion ce site hors du commun.

 

2017_visite_007.jpg

Un dolium, vase de stockage enterré dans le sol d'une boutique.

 

2017_visite_004.jpg

Un auditoir attentif malgré le cuisant soleil...

2017_visite_008.jpg

Les tesselles de mosaïques témoignent du luxe de ces demeures antiques

 

 

 

2017_visite_002.jpg

Un hyppocauste, système de chauffage par le sol.

 

2017_visite_009.jpg

Des constructions parfaitement conservées.

 

2017_visite_003.jpg

Quelques restes de sols en mosaïque.

Les plus belles mosaïques ont été prélevées pour être restaurées

Nous attendons maintenant impatiemment l'exposition qui permettra de découvrir l'ensemble de ces découvertes situées entre le Rhône et la voie antique qui remontait du sud en direction de Lyon.

 

La fouille de la rue Victor Hugo

La fouille dirigée par Romain Guichon est d’une ampleur bien moins considérable que celle de Sainte-Colombe. Cependant, pour l’histoire mâconnaise elle revêt un intérêt incontestable. En effet, malgré les destructions postérieures à la période antique, les recherches ont mis au jour quelques mètres carrés de la vie gallo-romaine de Matisco, et en particulier tout un système de voirie. Nous connaissons mal finalement la ville gallo-romaine même si son existence n’est aujourd’hui plus à prouver. Mais les fenêtres ouvertes sur le passé, si elles mettent au jour d’intéressants vestiges, ne permettent pas encore de dresser le plan de cette ville antique.

2017_visite_010.jpg

Fin septembre, les membres du GAM découvrent le résultat des fouilles entreprises rue Victor Hugo.

 

2017_visite_011.jpg

Avec compétence, Romain Guichon nous explique les différentes phases d'occupation mise en évidence par son équipe.

 

2017_visite_012.jpg

 

2017_visite_013.jpg

Un niveau compacté de pierrailles révèle une ancienne rue de la ville.

 

Le long travail d'analyse des données recueillies est en cours...

Là aussi nous sommes curieux d'en découvrir les résultats !

 

*****************************************************

 

 

 

 

 

 

 


Il n'y a pas de hasard ! - par daniel le 13/09/2017 @ 11:25

A l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine

Rétrospective des recherches archéologiques dans le secteur des Archives départementales

 

Diapositive1.jpg

 

Diapositive2.jpg

 

Diapositive3.jpg

 

Diapositive4.jpg

 

Diapositive5.jpg

 

00_Diapositive6.jpg

 

00_Diapositive7.jpg

 

Diapositive8.jpg

 

Diapositive9.jpg

 

Diapositive10.jpg

 

00_Diapositive11.jpg

 

Diapositive12.jpg

 

Diapositive13.jpg

 

Diapositive14.jpg

 

Diapositive15.jpg

 

Diapositive16.jpg

 

Diapositive17.jpg

 

Diapositive18.jpg

 

Diapositive19.jpg

 

Diapositive20.jpg

 

Diapositive21.jpg

 

Diapositive22.jpg

 

Diapositive23.jpg

 

Diapositive24.jpg

 

Diapositive25.jpg

 

Diapositive26.jpg

 

Diapositive27.jpg

 

Diapositive28.jpg

 

Diapositive29.jpg

 

Diapositive31.jpg

 

Diapositive32.jpg

 

00_Diapositive33.jpg

 

Diapositive34.jpg

 

Diapositive35.jpg

 

Diapositive36.jpg

 

Diapositive37.jpg

 

Diapositive38.jpg

 

Diapositive39.jpg

 

Diapositive40.jpg

 

Diapositive41.jpg

 

Diapositive42.jpg

 

Diapositive43.jpg

 

Diapositive44.jpg

 

Diapositive45.jpg

 

Diapositive46.jpg

 

Diapositive47.jpg

 

Diapositive48.jpg

 

Diapositive49.jpg

 

Diapositive50.jpg

 

Diapositive51.jpg

 

Diapositive52.jpg

 

Diapositive53.jpg

 

Diapositive54.jpg

 

Diapositive55.jpg

 

Diapositive56.jpg

 

Diapositive57.jpg

 

Diapositive58.jpg

 

Diapositive59.jpg

 

Diapositive60.jpg

 

 

******************************************************************************

 

 


Deux amphorisques antiques - par daniel le 10/01/2017 @ 15:51

Deux objets en céramique énigmatiques

 

Par Cyriac Merle (stagiaire de 3e du collège En Fleurette de Saint-Gengoux-Le-National)

 

En 1986, François Cognot a dirigé une fouille de sauvetage Rue du Vieux Bourg, à Flacé, commune de Mâcon. De nombreux vestiges et en particulier des restes de céramique variés et parfois peu ordinaires ont été découverts à cette occasion.

Parmi ces éléments, deux fragments d’objets en céramique nous interrogent sur leur fonction.

Il s’agit de deux fragments d’amphorisque.

Pour le premier fragment, d’une hauteur maximale de 10,3 cm et d’une largeur maximale de 5 ,2 cm, le col est absent, la panse arrondie et le pied plein fuselé est cassé à sa base. On peut aussi noter la présence de cannelures sur la partie supérieure de la panse.

 

2016_amphorisque_01.jpg

 

Le deuxième fragment, plus petit que le premier, a une hauteur maximale de 6 cm et une largeur maximale de 3,4 cm. Son col, la partie supérieure de sa panse ainsi que son pied sont absents.

 

2016_amphorisque_02.jpg

 

Ces deux objets sont  réalisés dans une argile orangée semi grossière. La paroi de leur panse est épaisse (1 cm pour le deuxième) ce qui ménage un espace réduit à l’intérieur.

Les archéologues s’interrogent encore sur la fonction de ces « récipients ».

 

 

Hypothèses sur l’utilité des amphorisques

 

 

            - D’après Rodriguez-Almeida, les amphorisques auraient pu servir de bouchons aux amphores ou de ventouse pour décoller ces bouchons.

            -D’après Pavolini, elles auraient pu être employées comme des cornets pour mélanger et lancer des dés.

            -Selon d’autres hypothèses ces amphorisques auraient pu servir pour fabriquer des voûtes, comme récipient pour contenir des onguents (« unguentaria »), comme échantillon afin de vérifier la cargaison des amphores ou encore de luminaires.

L’hypothèse de Rodriguez-Almeida semble être infirmée par la difficulté, voire l’impossibilité d’emboîtement d’une amphorisque avec une amphore.

 

2016_amphorisque_03.jpg

 

un exemple d'amphorisque trouvé dans le Var

http://artefacts.mom.fr/fr/result.php?id=AMF-4009&find=FLU&pagenum=1&affmode=vign

 

Bibliographie :

 

JOLY (M.), CURRIA (A.). – Les amphorisques du quartier du sanctuaire de la Genetoye à Autun (Saône-et-Loire), SFECAG, Acte du Colloque d’Autun, 2016, pp.557-564.

 

 

 

 

 

 

 

 


1986, les fouilles de la rue du Vieux Bourg - par daniel le 11/05/2016 @ 09:51

Ne ratez pas l'histoire d'objet de ce mois de juillet

Il y a 30 ans

Des vestiges gallo-romains rue du Vieux Bourg à Flacé

ou la splendeur passée de Matisco

 

En 1986, voici 30 ans, un projet de lotissement rue du Vieux Bourg à Flacé, allait amener le Groupement Archéologique du Mâconnais à faire surgir de terre les restes monumentaux d'une exceptionnelle demeure antique. Les fouilles furent conduites par François Cognot.

1986_vieux_bourg006.jpg

Après décapage, un premier massif de maçonnerie aux impressionnantes dimensions est mis au jour (cliché G. Thomas)

1986_vieux_bourg005.jpg

Accolée à la première construction, une abside tout aussi spectaculaire (cliché G. Thomas)

1986_vieux_bourg004.jpg

Vue générale des structures mises au jour (cliché J. M. Zeller)

1986_vieux_bourg007.jpg

Vue cavalière des substructions (dessin J. M. Zeller)

 

Les structures ainsi dégagées constituait donc d'une part un rectangle de 14,2 m X 11,9 m, et une abside de 11 m de diamètre. Les murs dont l'épaisseur dépasse les 2 m étaient installés directement sur le rocher calcaire qui a du être mis à nu  par les constructeurs. Pour assurer la solidité de leur maçonnerie, les bâtisseurs ont construit une large base pour les murs, puis sur l'extérieur, ont progressivement diminué la largeur créant ainsi des ressauts successifs. A l'intérieur des deux constructions, des murs de refend viennent consolider l'édifice.

Les fouilles ont montré que cet ensemble avaient été construits dans le courant de la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère, et que les bâtiments avaient succédé à une construction plus ancienne datant probablement du début du Ier siècle.

1986_vieux_bourg008.jpg

Quelques un des objets retrouvés au cours des fouilles (F. Cognot)

 

Les restes de murs découverts sur ce site correspondent aux sous-bassement destinés à rattraper la forte du terrain. Nous n'avons ici que la base des bâtiments qui devaient s'élever assez haut pour dominer le ruisseau de l'Abîme et être vue de loin, probablement de la voie romaine qui circulait en face, venant de Mâcon pour prendre la direction d'Autun. Ces deux construction n'étaient pas isolées et doivent être considérer comme faisant partie d'une vaste luxueuse villa dont d'autres traces furent mises au jour dans le secteur. Telle la mosaïque au gladiateur qui fut découverte au XIXe siècle et qui est présentée au musée des Ursulines de Mâcon.

1986_vieux_bourg_dia_016_bis.jpg

Le médaillon central de la mosaïque exhumée non loin de la fouille de 1986 (cliché GAM)

 

Une série d'objets particulièrement intéressant a été recueillie pendant les fouilles.  Nous les présenterons cette année au travers de la rubrique "Histoire d'objets". Ce mois ci, un fragment de marbre importé de Grèce (voir la rubrique "Histoire d'objets").

 

**************************************************************

 

 

 


Valorisation des travaux du GAM - par daniel le 04/02/2016 @ 16:59

Valorisation des travaux du GAM

Art...Chéologie

 

Suite au chantier mené en 2012, rue du Concours, sur une portion de la nécropole gallo-romaine, les promoteurs du projet immobilier à l'origine de notre intervention, ont souhaité inscrire dans le nouvel immeuble la trace du passé.

Blaise Adilon, artiste photographe, nous offre ainsi une œuvre qui, installée dans le hall de l'immeuble, rappelle le passé de la ville et valorise le travail du GAM.

 

                                       2016_Adilon.jpg                 

                  

La réalisation de Blaise Adilon a servi pour la carte de vœux de la société imterval en 2016

 

2016_Adilon_bis.jpg

 

**************************************

 


Chevaux à Matisco - par daniel le 03/02/2016 @ 14:24

Les chevaux dans la ville de Mâcon à l’époque gallo-romaine

Des gestes et des pratiques qui interrogent

 

Le bruit des sabots des chevaux résonnant dans les rues de la ville, voici une sensation qui avait disparu. L’usage réintroduit du cheval pour tracter le système d’arrosage des bacs à fleurs, les calèches et la police montée, ramènent aujourd'hui à notre oreille un bruit qui fut familier pour bien des générations de citadins.

Depuis leur domestication, les équidés (chevaux, ânes, bardots et autres mulets) étaient utilisés comme monture, comme animal de bât ou  pour être attelés à des chars et chariots.

                               2016_QUADRIGE.jpg

Le quadrige romain, char tiré par quatre chevaux, est une image couramment utilisé pour illustrer des objets, comme par exemple ci-dessus sur ce vase à médaillon d’applique présenté au musée gallo-romain de Lyon.

Des découvertes archéologiques viennent apporter un éclairage particulier sur la présence des chevaux dans l’antique Matisco.

 

Les fouilles du parking Rambuteau en 1994 / 1995                    

 

1994_95_Rambuteau011.jpg             1994_95_Rambuteau007.jpg

Le parking Rambuteau en 1995 avant la fouille

Les recherches menées par l’AFAN parking Rambuteau, à l’emplacement de l’ancienne usine Monet-Goyon (devenue ensuite Motostandart) ont notamment livré de nombreux ossements de chevaux.

                                  1994_95_Rambuteau002.jpg

Décapage à la pelle mécanique   

1994_95_Rambuteau004.jpg     

Fouille d'une fosse contenant une série d'ossements

Ces restes se trouvaient regroupés dans des fosses creusée à l’origine pour récupérer de la terre destinée à la construction.

1994_95_Rambuteau009.jpg

Fouille minutieuse à "l'outil de dentiste"

Une étude de ces restes a été réalisée par Sébastien Lepetz, archéozoologue.

Ainsi, plus de 2000 restes (ossements et dents) ont été répertoriés dont l’essentiel, 1497 os, appartenaient à des équidés.Il s’agit pour 80 % d’animaux âgés entre 5 et 10 ans, pour les 20 % restant, ce sont des bêtes de plus de 10 ans ou de 2/3 ans. La cause de la mort de ces animaux n’est pas perceptible par l’étude des ossements.

Ces dépôts ont été datés du IIe siècle et du début du IIIe siècle après J.-C., notamment grâce à une monnaie d’argent, un antoninien, de l’empereur Caracalla (198-217).

                                                 1994_95_Rambuteau_avers_ant.jpg

Mais la situation de ces os pose bien des questions.

En effet, il ne s’agit pas de chevaux morts et enterrés dont on aurait retrouvé les squelettes intacts. On ne peut pas parler de « cimetière ». Les restes osseux se retrouvent rassemblés en fosse,ou sous forme d’épandage, dispersés. Seules les parties les plus tenaces du squelette se retrouvent en connexion, à savoir des tronçons de colonnes vertébrales.

1994_95_Rambuteau013.jpg

  

Le cheval n'était pas consommé par les gallo-romains, il ne s'agit pas de restes de boucherie.Il semble qu’une fois morts les corps des chevaux aient été déposés en un point (proche ?), puis la décomposition avancée les carcasses désarticulées sont enfouies.

                                         1994_95_rambuteau_022.jpg                            

Mandibule de chevaux.

 

Ces constations mettent en évidence des gestes et des pratiques dont les causes nous échappent largement. Cette gestion des animaux morts est-elle motivée par des habitudes profanes et pragmatiques, ou sous tendue par une pensée religieuse ? La présence au milieu de ces restes de 2 enfants mort en période périnatale dont les dépouilles ont été installées dans des tuiles, laisse penser que qu’une pensée religieuse entourait les pratiques mises en lumière ici

 

Une autre fouille menée en 1997, au 17 rue Lacretelle, nous prouve en tous cas que la place du cheval dans la culture gallo-romaine n’était pas insignifiante.

1997_lacretelle_003.jpg

1997_lacretelle0_006.jpg

Le fossé et son comblement

 

Les recherches sur ce site ont mis en évidence des traces d’occupations gallo-romaines datables du Haut Empire (entre 20 av. J.-C. et le milieu du IIIe siècle).

Au sein du mobilier mis au jour, de nombreux fragments de faune ont été recueillis.

 Pour la majorité, il s’agissait d’ossements de bœuf, porc et caprinés (chèvres ou mouton), témoins de la consommation de ces animaux par les mâconnais de l’époque.

Le cheval est présent dans cet ensemble mais dans une proportion très faible. Cependant, cette présence est loin d’être anecdotique puisque ce sont 3 crânes qui ont été retrouvés.

 

1997_lacretelle0_007.jpg

Un des crânes en place apràs son dégagement

Là encore, le dépôt de ces restes de chevaux pose question, simple rejet ou geste symbolique ?

A Rome, on offrait au dieu Mars, une tête de cheval rempli de grains de blé. Le cheval représentait "l'esprit du blé".

Nous ne pouvons pas assimiler les crânes de la rue Lacretelle à cete pratique car aucune donnée de fouille ne permet de l’étayer. Cependant, cette coutume romaine illustre la valeur symbolique que pouvait revêtir le cheval dans les cultures anciennes.

2016_diasulos.jpg

Revers d'une monnaie d'argent gauloise avec la figuration d'un cheval bondissant, on peut lire le nom DIASULOS

Un article plus complet est consultable dans la rubrique Histoire de notre site.

 

**********************************************

  

 

 

 


Le vase oursin antique de Mâcon - par daniel le 21/01/2016 @ 17:43

Le vase-oursin

Pratiques funéraires et superstition gauloise

Un vase en forme de fossile d’oursin découvert à Mâcon

 

Lors des fouilles menées par le Gam en 1980, rue des Cordiers sur le site de la nécropole gallo-romaine, parmi les nombreuses découvertes fut mis au jour un dépôt de quatre vases offrandes en céramique. Ces objets avaient subi l’action du feu, ils avaient donc été déposés sur, ou à proximité d’un bûcher funéraire.

2016_oursin_00.jpg

 

Extrait de la publication sur la fouille de la nécropole des Cordiers (Barthèlemy, Depierre 1990)

 

Ce lot de vases miniatures se composait d’une amphorette, d’un balsamaire. Un troisième vase était un récipient zoomorphe figurant un lion couché. Quant au quatrième récipient, sa forme énigmatique ne fut pas identifiée tout de suite.

 

          2016_oursin_01.jpg          2016_oursin_02.jpg             

Ce vase est en céramique fine élaboré à partir d’une argile kaolinitique. A l’origine, il était recouvert d’un vernis plombifère, ce qui permet de l’attribuer aux ateliers du centre de la Gaule (Vichy ?). D’une hauteur de 8 cm et d’un diamètre de 8,8 cm, il offre une forme globulaire écrasée avec une base concave. La panse est divisée en cinq quartiers qui se rejoignent au sommet. Celui-ci est marqué par un ombilic. Cinq orifices percent la paroi. Quatre sur le dessus, autour de l’ombilic, et un au deux tiers de la panse. Nous ne connaissons pas la fonction exacte de cet objet mais l’usage d’huiles parfumées dans le déroulement du rituel des funérailles est bien documenté pour la période gallo-romaine. Ce dépôt est datable de la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère.

           2016_oursin_04.jpg               2016_oursin_03.jpg

                    Le vase vu de dessus.                                           Le vase vu de dessous

Le grand intérêt de ce vase est que sa forme copie en fait la forme d’un test d’oursin, c'est-à-dire le squelette de l’animal débarrassé de ses piquants. La symétrie pentaradiée (5 parties semblables) qu’affecte le vase, qui reproduit celle des oursins ne laisse pas de doute sur la volonté du potier de reproduire le test de cet animal marin. Bien entendu, il n’est pas évident que des potiers du centre de la Gaule aient eu entre les mains des oursins venant de la mer, mais les oursins fossiles ne manquent pas sur le territoire ; d’autant que la découverte de fossiles d’oursins en contexte archéologique est une chose parfaitement attestée (Georges et al. 2014).   

                                    2016_oursin_05.jpg

                                                                  Test d'oursin

http://www.naturabuy.fr/Test-D-Oursin-Vert-Tendre-chasse-trophee-taxidermie-coquillage-mer--item-1356106.html

 

Quel sens doit-on donner à cet objet ?

Il faut sans doute voir ici la volonté d’évoquer au travers de ce vase « l’ovum anginum », l’œuf de serpent. En effet, il semble que les celtes assimilaient les oursins fossiles à un œuf de serpent, objet magique et puissant talisman. Le naturaliste romain Pline l’Ancien en témoigne.

 

Pline l'Ancien, Hist. Nat. XXIX, 52 :

« Il existe en outre une autre espèce d’œuf en grand renom dans les Gaules et dont les Grecs n'ont pas parlé. [En été], des serpents s'entrelacent en grand nombre; avec leur bave et l'écume de leur corps ils façonnent une sorte de boule appelée urinum [cela s'appelle œuf de serpent]. Les druides disent que cette façon d'œuf est projetée en l'air par le sifflement des serpents et qu'il faut la rattraper dans un manteau sans lui laisser toucher la terre; que celui qui s'en est emparé doit s'enfuir à cheval, car les serpents le poursuivent jusqu'à ce qu'il soient arrêtés par l'obstacle d'une rivière; l'épreuve qui fait reconnaître cet oeuf est qu'il flotte contre le courant, même s'il est attaché avec de l'or. De plus, avec cette ingéniosité qu'ils ont à envelopper de mystère leurs mensonges les Mages prétendent qu'il faut les prendre pendant une certaine lune, comme s'il dépendait de la volonté humaine de faire coïncider avec cette lune l'opération des serpents. J'ai du reste vu cet œuf: il était de la grosseur d'une pomme ronde moyenne, et sur sa coque se remarquaient de nombreuses cupules cartilagineuses semblables à celles dont sont munis les bras des poulpes. Les Druides vantent fort son merveilleux pouvoir pour faire gagner des procès et pour faciliter l'accès auprès des souverains, mais c'est une si grande imposture qu'un chevalier romain du pays des Voconciens qui, au cours d'un procès, en portait sur [dans] son sein, fut mis à mort par l'empereur Claude sans aucun autre motif que je sache. Pourtant ces enlacements de serpents et leur union féconde semblent être la raison qui a déterminé les nations étrangères à entourer, en signe de paix, le caducée de l'image de serpents; c'est l'usage en effet que les serpents du caducée n'aient pas de crête » (traduction de Ernout [1962] revue par Le Roux, 1967).

 

Des découvertes de fossiles d’oursin dans des couches archéologiques sont avérées et cette présence est certainement loin d’être anecdotique. A l’heure actuelle le vase de Mâcon est le seul exemple connu de transposition du test d’oursin en objet céramique, ce qui lui confère toute sa valeur. Il vient d’être repris dans une récente publication de Vincent Georges à propose d’un fossile d’oursin retrouvé sur le site celtique de Goincet en Forez (Poncins, dép. Loire).

 

La valeur symbolique qu’attribuaient à cet objet les personnes qui l’ont utilisé dans le rituel funéraire nous échappe. Mais il est notable que l’oursin a une haute valeur mystique chez les Gaulois et qu’il soit présent au sein d’un ensemble de vases offrandes en contexte funéraire plus d’un siècle après la conquête, indique certainement une persistance de la pensée religieuse celte dans la Gaule romanisée.

 

Ce vase est aujourd’hui présenté au musée des Ursulines de Mâcon.

 

Bibliographie

 

Barthèlemy, Depierre 1990 : BARTHELEMY (A.), DEPIERRE (G.). - La nécropole gallo-romaine des Cordiers à Mâcon, 1990, 128 p.

 

Georges et al. 2014 : GEORGES ‚V.), PHILIPPE (M.), BARTHELEMY (D.). – Un oursin fossile sur le site fossile de Goincet en Forez (Poncins, dép. Loire), et la perspective de l’ovum anguinum, Archäologishes Korrespondenzblatt, jarhgang 44, 2014, Heft 4, pp. 525-541.      

 


Au coeur de la ville,, fenêtre sur le passé - par daniel le 08/01/2016 @ 12:15

Au coeur de la ville,

une fenêtre sur le passé

 

En septembre 2015, l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) a réalisé un sondage en haut de la grande rue de Veyle à Mâcon, au pied e la tour des archives départementale. Sous la direction de Pierre Quenton, une coupe dans le talus qui se trouve à cet endroit a permis de repérer des traces qui témoignent de l'occupation humaine dans ce secteur de l'époque gauloise à la période médiévale.

 

 

2016_diag_000.jpg

La tour des archives départementales surplombe le site.

 

2016__diag_010.jpg

En haut de la grande rue de Veyle, à gauche le lieu d'intervention.

 

2016_diag_008.jpg

A droite, le talus qui a fait l'objet des recherches.

2016_diag_006.jpg

Le décapage se fait à l'aide d'une pelle mécanique équipée d'un godet lisse de curage.

 

2016_diag_007.jpg

Le travail est ici délicat en raison de la configuration du terrain.

 

2016_diag_005.jpg

Pierre Quenton, responsable de l'opération, dirige le travail de la pelle mécanique.

 

 

2016_diag_002.jpg

Une fois le décapage terminé, un autre travail commence.

 

2016_diag_004.jpg

Nettoyage d'une structure apparue au début du décapage.

 

2016_diag_003.jpg

Il s'agit d'un chemin pavé de briques et bordé de dalles calcaires de chant. Celui-ci était aménagé dans les jardins de l'ancien couvent des Carmélites. Ce monastère a été rasé en 1966 pour faire la place au bâtiment des archives départementales.

 

2016_diag_001.jpg

Nettoyage des coupes de terrain.

 

2016_diag_015.jpg

Ces coupes révèlent la succession des couches archéologiques qui témoignent des différentes occupations humaines.L'étude et le relevé de ces couches s'appelle la stratigraphie.

 

2016_diag_016.jpg

Nettoyage d'un sol de la période médiévale.

 

La trace des Gaulois

 

2016_diag_014.jpg

Le niveau le plus ancien a été daté de la fin de la période gauloise, vers 60 / 30 av. J.-C.

Parmi les éléments les plus caractéristiques, un fragment de coupe en céramique campanienne, vaisselle à vernis noir importée d'Italie.

 

2016_diag_013.jpg

Caractéristiques de cette époque, des fragments d'amphores vinaires importée d'Italie. Ces amphores témoignent de l'important commerce du vin qui existait alors entre le monde romain et la Gaule.

 

2016_diag_011.jpg

Fragments de cloison en terre provenant des habitats gaulois. Ces éléments en torchis portent l'empreinte des baguettes de bois qui servaient d'armature aux murs. L'extérieur porte une couche de chaux. Les demeurent gauloises étaient d'aspect modeste, en bois et terre.

 

Le Moyen Âge

 

2016_diag_012.jpg

Fragments de céramiques médiévales

 

*********************

 

 

 

 

 


Bas Empire (1) - par daniel le 11/12/2015 @ 16:10

Mâcon, la ville du Bas Empire

Castrum matisconense

Première partile (revue le 07 01 2016)

L'édification des castrum et le problème du tracé de l'enceinte antique de Mâcon

 

antique_rempart_004.jpg

Potager de l'ancien couvent de la visitation (cliché DB)

 

La fortification du Bas Empire est en fait le témoignage architectural visible le plus ancien de la cité mâconnaise. En divers points du centre historique, des pans de murs et des tours nous rappellent l'histoire gallo-romaine de la ville. Ces murs et ces tours constituaient l'enceinte du castrum, la ville fortifiée du Bas Empire. Nous essaierons, ici, de faire le point sur notre connaissance de Matisco durant deux derniers siècles de l'Empire romain.

 

Les castrum du Bas-Empire

 

À l'origine, le mot castrum désigne un camp retranché établi par une légion romaine. Par extension, ce terme sera appliqué aux villes fortifiées du Bas Empire. Ainsi, le castrum matisconense est mentionné dans un document antique : la Notitia galliarum. L'édification de murailles autour des villes romaines est un phénomène que l'on constate à partir de la fin du IIIe siècle de notre ère. Certaines cités étaient, dès l'origine, entourées par une enceinte, mais ce privilège était réservé aux capitales de cité comme Vienne ou Autun. Le rempart était alors, non pas un élément de défense, mais un équipement de prestige.

 

Après la conquête romaine, une ville comme Matisco va se développer sans souci de se protéger. Les recherches archéologiques nous montrent une urbanisation extensive bien au large de l'oppidum gaulois, au nord, à l'ouest et au sud du plateau de la Baille, sur près de 50 ha. La crise du IIIe siècle et l'élément déclencheur qui va amener la création de murailles autour des agglomérations. En effet, au milieu du IIIe siècle, l'Empire romain connaît une crise sans précédent. L'anarchie militaire conjuguée à la crise économique et aux invasions barbares, engendreront ruines et misère, et notamment en Gaule. L'enfouissement des trésors monétaires est le témoignage archéologique de cette période d'immense confusion et d'insécurité. Le trésor de Mâcon, caché probablement vers 260, est la preuve que la cité mâconnaise n'a pas été épargnée durant ces dramatiques événements. La faiblesse du pouvoir central à Rome, les guerres intestines et de succession qui minent l'État, ne permettent plus une défense efficace des frontières ; la conséquence en est une succession de raids dévastateurs menés par des tribus germaniques. À la fin du IIIe siècle, des empereurs comme Aurélien et Dioclétien vont rétablir la paix et l'autorité de Rome. Mais la politique de défense de l'Empire évolue. La défense seule des frontières, le limes, s'est avérée inefficace pour stopper les raids des Francs et des Alamans. Afin de renforcer la sécurité du territoire, désormais les agglomérations les plus importantes vont se protéger par un rempart. En termes d'urbanisme, la conséquence de ces choix est une réduction générale des périmètres urbains. À Mâcon, les habitants se retranchent sur le plateau de la Baille, siège de l'ancien oppidum celtique. La surface de la ville s’est réduite de 90 %, elle n'occupe plus que 5 ha.

 

Les premiers travaux sur le castrum de Mâcon

 

Nous devons à Gabriel Jeanton d'avoir le premier réalisé une étude sur le castrum de Mâcon. Dans un article paru en 1934 dans les Annales de Bourgogne, il nous propose une description de ce rempart et nous en fournit un plan figurant son tracé.

jeanton_1934_2.jpg

Le tracé de l'enceinte du castrum selon Gabriel Jeanton

 

Cette muraille, haute et massive, s'est inscrite de manière durable dans le paysage de la ville. Durant toute la première partie du Moyen Âge, et jusqu'à ce qu'au début du XIIIe siècle, une nouvelle enceinte vienne englober les faubourgs qui s'étaient développés, le rempart du castrum a constitué la défense de la ville. D'ailleurs, les chartes du cartulaire de Saint-Vincent font allusion à de nombreuses reprises aux murs ou murailles (moenia), de la ville. Elle fut sans doute à de maintes reprises remaniée. Au XIVe siècle, elle est dénommée « muraille sarrasine ». Cette appellation « sarrasine » désigne un élément dont on ignore l'origine exacte. Un plan du nord du plateau de la Baille de la première moitié du XVIIIe siècle, publié par Jean-François Garnier, indique un tronçon de muraille toujours désigné comme murailles sarrasine.

 

L'étude de Gabriel Jeanton nous décrit précisément le tracé du rempart. Celui-ci vient enserrer la colline de la Baille, dite aussi la Rochette. Il nous propose pour la façade orientale du rempart, dominant la Saône, un tracé rectiligne, s'appuyant sur la crête rocheuse du relief. Nous savons aujourd'hui, grâce aux travaux d'Alain Guerreau, de François Cognot et aux observations de Georges Berthoud, que cette proposition est inexacte. En effet, les bâtisseurs du rempart, ont aménagé une défense pour la partie basse de la ville placée entre le rivage de Saône et le relief du plateau. La muraille forme ainsi un redan qui protégeait vraisemblablement une zone portuaire essentielle au ravitaillement de la ville. À la fin des années 50, lorsque les premiers travaux d'aménagement du plateau de la Baille ont entraîné la destruction des bâtiments vétustes qui occupaient le sud de l’ancien castrum, des observations archéologiques avaient déjà souligné l'absence de rempart sur le rebord oriental de la colline. André Jeannet avait, en 1959, relevé la coupe d'une tranchée pour l'installation d'une canalisation, depuis la place de la Baille jusqu'à la rue Franche. Dans la publication de ce suivi de travaux, il met bien en évidence le fait qu'aucune structure défensive n'a été repérée au-dessus de la rue Dinet. En revanche, la présence de constructions à l'ouest de la rue Franche, indique sans ambiguïté l’existence du rempart à ce niveau.

 

La proposition de tracé de Gabriel Jeanton s'appuyait en fait sur l'interprétation des chartes du cartulaire de Saint-Vincent. Dans ces chartes, la cathédrale Saint-Vincent est mentionnée comme construite infra muros, c'est-à-dire « sous les murs ». À la lumière des travaux récents nous devons interpréter infra muros, non pas comme désignant la cathédrale à l'extérieur de l’enceinte, mais comme dans la partie basse de la cité. Cependant, Gabriel Jeanton n'ignorait pas l'existence de cette partie du rempart. Il y fait allusion dans son ouvrage sur le vieux Mâcon, mais il considère cette enceinte comme une fortification secondaire, distincte de celle du castrum proprement dit.

 

figure_2.jpg

Le castrum de Mâcon

 

Aujourd'hui nous pouvons observer la muraille du castrum encore concernés en différents points :

- Dans la cour de l'école Jeanne d'Arc où sa base est constituée de six assises de blocs en grand appareil (Fig.1).

rempart_2.jpg

- Derrière l'École d'Art, cours Moreau, où le mur qui sépare ce bâtiment du Palais de justice laisse voir également des blocs en grand appareil (Fig.7). On peut y voir aussi une tour, au Moyen Âge la tour de Luyat. En effet, cette portion de la muraille antique fut réutilisée par l'enceinte médiévale. Dans ce même secteur, à l’est de la tour subsistante (appelée au Moyen Âge tour de Luyat), existaient deux autres tours dénommées à la période médiévale tour des Roses et tour du Listre. Elles sont figurées sur le plan de Du Bois de 1754. Nous pouvons raisonnablement supposer qu’il s’agissait de structures appartenant à l’origine à l’enceinte du castrum. Des plans du XVIIe siècle nous indiquent aussi l'existence de trois autres tours sur la partie du rempart se dirigeant vers le sud ouest.

rempart_1.jpg

 

antique_rempart_002.jpg

Les blocs en grand appareil visibles dans la muraille derrière l'Ecole d'art.

antiquite_rempart_008.jpg

Extrait de la revue Gam info 2011 n° 2.

 

- Dans l'enclos de l'ancien couvent de la Visitation où une autre tour est visible (Fig.3), ainsi que l'amorce du redan rempart en direction de la Saône. Cette partie de la muraille fut réutilisée pour la fortification du château des comtes de Mâcon au Moyen Âge.

rempart_visitation.jpg

Depuis le bas du potager du couvent de la Visitation, la tour à droite

et la courtine à gauche (cliché DB)

 

antique_rempart_003.jpg

Le couvent de la visitation en vue aérienne (cliché Marc Bonnetain)

On distingue le rempart antique séparant le potager de la plate-forme du couvent.

antique_rempart_005.jpg

Le parement de la tour de la visitation en opus mixtum,

alternance de lits de moellons calcaire et de lit de briques

 

antiquite_rempart_007.jpg

La tour antique du couvent de la Visitation vue depuis la tour moderne des Archives Départementales en 2015 (cliché Gam).

 

- Dans le passage des amphores, entre la rue Dinet et la rue Philibert Laguiche, là où une vitrine présente les vestiges découverts lors des fouilles réalisées en 1982.

antique_rempart_006.jpg

1982, rue Dinet, les fouilles en cours sous la direction de François Cognot. A droite de l'image le massif de maçonnerie qui a servi d'appui au rempart du Bas Empire.

antiquite_rempart_009.jpg

extrait de la revue Gam info, 2011 n° 2

 

- Rue Paradis, où une tour romaine est comprise dans un îlot de bâtiments appelé « la maison du bailli ».

 

 

antique_rempart_001.jpg

La tour Paradis édifiée à l'angle sud ouest du castrum

 


DébutPrécédent [ 1 2 ] SuivantFin
Recherche



Calendrier

Jeudi 14 Déc. 2017

Agenda pour les 200 prochains jours


Aucun évènement

Archives

Webmaster - Infos

Haut