Nouvelles

Sur les traces de la tour nommée Boucarde (2) - par daniel le 11/02/2021 @ 11:39

Sur les traces de la tour nommée Boucarde

00_0_Boucarde_06.jpg

 

Lorsque l’îlot qui fait l’objet de notre attention fut racheté par Mâcon Habitat, M. Gignoux, architecte, fut chargé d’en effectuer le relevé. La largeur de certains murs l’avait alors intriguée ce dont il nous avait fait part.

Et si ces imposantes maçonneries témoignaient de la présence à cet endroit de notre fameuse tour ?

Il faut dire qu’en 1998 une équipe du GAM était déjà intervenue sur ces bâtiments suite à la découverte d’un fragment de dalle funéraire médiévale. Des travaux était alors entrepris pour aménager des espaces de stockage pour les archives de la Préfecture. Dans la cave longeant la rue Saint Vincent nous avions alors pu observer un massif de maçonnerie correspondant au rempart antique du castrum. La fortification gallo-romaine du 4e siècle est reconnaissable par son mode de construction où sont mis en œuvre des blocs de pierre calcaire noyés dans un mortier de chaux, de sable et de briques pilées (opus caementicium).

 

             1998_eue_St_Vincent_002a_copie.jpg

Ce rempart fut établi pour protéger la ville des invasions barbares. Il enserrait le plateau de la Baille mais dans cette partie orientale il descendait vers le bord de Saône pour protéger un espace portuaire. Les observations de 1998 n’avaient pas mis en évidence les murs qui nous furent signalés plus tard.

 

L’exploration du passé pour les archéologues passe aussi par la consultation des Archives. Rendons nous à la Médiathèque de Mâcon dans le service des Archives municipales.

 

2021_AM_01.jpg

 

2021_AM_02.jpg

 

2021_AM_03.jpg

 

Là, José Raymond, fin connaisseur du fonds, lancé sur la piste de la Boucarde a sélectionné de une liasse de documents soigneusement classés dans les rayonnages coulissants d’un magasin de stockage.

 

2021_AM_04.jpg

 

Une fois dans la salle de lecture, la liasse est déballée..

 

2021_AM_05.jpg

 

Elle révèle alors son précieux contenu : parmi toute une pile de pages manuscrites, un plan…

 

2021_AM_06.jpg

 

 

Le plan, fragile, est déplié avec infiniment de délicatesse.

 

                 2021_AM_07.jpg

 

2021_AM_08.jpg

 

Une fois déployé, José et Franck Métrot, responsable des Archives, se penchent sur le plan. Il est impressionnant de constater combien ses couleurs sont encore parfaitement conservées bien qu’âgées de plus de 200 ans.

 

                 2021_AM_10.jpg

 

Il s’agit d’un document d’urbanisme de 1791 fixant le tracé des nouvelles rues modifiant ainsi notablement le bâti au sud de la cathédrale. Ces nouveaux axes sont la rue Saint Vincent, la rue Dinet et la place Saint Vincent telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Le plus remarquable sur ce plan est qu’y figure le cloître de la cathédrale.

 

2021_AM_09.jpg

 

Nous nous rendons compte que les immeubles installés au sud de la place Saint Vincent et la rue elle-même, l’ont été sur l’emplacement du cloître médiéval le faisant totalement disparaitre du paysage.

 

2021_AM_11.jpg

 

Malgré ces nouvelles informations, malheureusement l’examen de ce plan magnifique ne nous indique pas la présence de la tour Boucarde. Cependant les moyens informatiques vont nous permettre de juxtaposer les plans de toutes époques avec précisions ce qui va nous éclairer dans notre quête...

A suivre

 

XXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXXX

 

 

 


Sur les traces de la tour Boucarde - par daniel le 28/01/2021 @ 16:52

A la recherche de « la tour nommée Boucarde »

 

Cette tour imposante, quadrangulaire, possédant échauguettes, mâchicoulis et haute toiture, s’élevait au Moyen Âge, au sud de la nef de la cathédrale Saint-Vincent. Tout du moins c’est ainsi que nous pouvons la voir représentée sur le plan de « Rancurel » daté de 1575.

 

00_0_Boucarde_01.jpg

 

 

Au nord de la cathédrale une autre tour est figurée, il s’agit là de la tour de l’évêque, résidence du prélat au cœur de l’enclos épiscopal. En effet, en 1180, suite à de méchantes querelles qui opposèrent le comte et l’évêque, le roi de France autorisa ce dernier à protéger ses biens et son églises en l’enserrant dans une muraille, une forteresse à l’intérieur des remparts !

 

00_0_Boucarde_03.jpg

 

 

Le tour « Boucarde », ainsi est-elle nommée dans la légende du plan de Rancurel (à la lettre H), se dressait dans le paysage de la ville et assurait la défense du bourg épiscopal.

 

00_0_Boucarde_02.jpg

 

 

Peu de documents mentionne la tour Boucarde. Nous la retrouvons sur une gravure de la fin du 16e siècle, inspirée de celle de Rancurel mais celle-ci colorisée.

 

00_0_Boucarde_04.jpg

 

Sa représentation la plus réaliste apparait sur une vue de Mâcon datée de 1618, réalisée par l’architecte Etienne Martellange.

 

00_0_Boucarde_05.jpg

 

Sans ambiguïté, à partir de ce document, nous pouvons décrire et positionner la tour Boucarde comme une fortification quadrangulaire érigée au sud du vieux Saint Vincent.

 

00_0_Boucarde_06.jpg

 

Les travaux entrepris depuis la fin de l’année 2020 sur les bâtiments à l’angle de la rue et de la place Saint Vincent nous intéressent fortement car qui sait si des vestiges de la tour ne subsisterait-il pas dans cet îlot ?

 

00_0_boucarde_07.jpg

 

Grâce à l’aimable autorisation de Mâcon Habitat et la collaboration du cabinet RBC, nous pouvons suivre les travaux en quête d’indices.

A suivre…

 

 

 


2020 Journées Européennes du Patrimoine - par daniel le 03/09/2020 @ 10:38

Journées Européennes du Patrimoine, 2020

- Petite histoire de l'eau dans la ville -

fascicule_JEP_20202_Page_01.jpg

 

fascicule_JEP_20202_Page_02.jpg

 

fascicule_JEP_20202_Page_03.jpg

 

fascicule_JEP_20202_Page_04.jpg

 

fascicule_JEP_20202_Page_05.jpg

 

fascicule_JEP_20202_Page_06.jpg

 

fascicule_JEP_20202_Page_07.jpg

 

fascicule_JEP_20202_Page_08.jpg

 

fascicule_JEP_20202_Page_09.jpg

 

fascicule_JEP_20202_Page_10.jpg

 

fascicule_JEP_20202_Page_11.jpg

 

fascicule_JEP_20202_Page_12.jpg

 

***************************

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Eté 2018, fouilles rue Gambetta - par daniel le 18/09/2018 @ 09:08

Eté 2018, fouilles rue Gambetta

La nécropole antique au fil de la tranchée

Une opération archéologique menée par l'Institut National de Recherches Archéologiques (Inrap)

Clichés C. Capdeville, Carole Fossurier et D. Barthèlemy (Inrap)

 

2018_gambetta_001.jpg

En juillet et août de cette année 2018, la mise en place d'un réseau de chauffage urbain, rue Gambetta à Mâcon, a été l'occasion de nouvelles découvertes concernant la nécropole antique.  Une parfaite collaboration avec ENGIE, en charge du chauffage urbain sur la ville, a permis de réaliser cette opération de la façon la plus efficace malgré des conditions d'intervention délicates.

2018_gambetta_002.jpg

 

Après l'enlèvement des couches supérieures dont l'enrobé et le niveau d'anciens pavés, les archéologies sont attentifs et tentent d'identifier le moindre indice pouvant révéler la pr"sence de vestiges archéologiques.

2018_gambetta_004.jpg

 

En haut de la rue, des premiers niveaux sont repérés et font l'objet d'un relevé photographique.

 

2018_gambetta_005.jpg

 

Dans une tranchée étroite les précautions liées à la sécurité sont drastiques. Au-dessous de 1,3 m il faut travailler avec des blindages qui empêchent les possibles effondrements. Le nettoyage des coupes pour observer les couches de terrain, la stratigraphie, est une étape incontournable pour les chercheurs.

 

2018_gambetta_006.jpg

 

2018_gambetta_007.jpg

Au pied de la coupe un squelette humain est mis au jour. Le défunt est allongé sur le dos. Cette découverte confirme que la rue Gambetta se place au coeur de la nécropole gallo-romaine de Mâcon.

 

2018_gambetta_008.jpg

 

Après un dégagement rapide, car l'enjeu est de ne pas interrompre trop longtemps le chantier, l'équipe des archéologue s'organise pour relever le maximum de données pour pouvoir ensuite interpréter au mieux cette sépulture. Les observations de l'anthropologie Carole Fossurier, permettent déjà de dire que l'individu retrouvé a été inhumé dans un contenant en bois, probablement un cercueil. Ce dernier n'a pas résisté au temps.

2018_gambetta_009.jpg

 

Les vestiges découverts font l'objet d'un enregistrement topographique. Ils pourront être précisément replacés sur un plan.

2018_gambetta_026.jpg

 

Une nouvelle inhumation a été retrouvée. Une fois le squelette dégagé l'anthropologue se remet patiemment au travail.

 

2018_gambetta_010.jpg

Le creusement de la tranchée se poursuit et...

 

2018_gambetta_011.jpg

...  Et voici qu'apparait le couvercle d'un sarcophage !

La plus belle et spectaculaire trouvaille de ce chantier d'archéologie préventive.

La présence de ce tombeau de pierre n'est pas à proprement parler une surprise puisque en 2011 dans ce même secteur six sarcophages avaient été repérés dont quatre furent fouillés.

2018_gambetta_027.jpg

Le calcaire fin et blanc dans lequel est taillé ce sarcophage permet de situer son lieu d'extraction aux carrières de La Lie à La Roche Vineuse.

 

 

2018_gambetta_012.jpg

 

Les archéologies bénéficient d'une certaine chance puisque le sarcophage est positionné dans l'axe de la tranchée ce qui va faciliter son extraction. Cette phase de prélèvement demeure cependant extrêmement délicate d'autant que le tombeau s'avère brisé en deux. Cette cassure demande encore plus de précautions. L'implication des membres de l'équipe de terrassement qui prennent en main l'opération va assurer sa pleine réussite.

2018_gambetta_013.jpg

 

Avec un soin tout particulier la pelle mécanique dégage la cuve du sarcophage.s

2018_gambetta_014.jpg

 

2018_gambetta_016.jpg

 

Il faut guider le conducteur de pelle qui ne peut pas tout voir depuis sa cabine.

 

2018_gambetta_015.jpg

 

Vérifications avant le relevage.

 

2018_gambetta_017.jpg

 

Une partie du sarcophage est arrimée, dernière concertation...

 

2018_gambetta_018.jpg

 

2018_gambetta_022.jpg

Prêt !

 

2018_gambetta_019.jpg

 

Archéologues et équipe de terrassement retiennent leur souffle...

 

2018_gambetta_020.jpg

 

L'opération sera un succès devant un large public attiré par l'évènement.

 

2018_gambetta_023.jpg

 

Le sarcophage est stocké pour le moment dans un dépôt municipal grâce à la collaboration des services de la ville de Mâcon et en particulier le musée des Ursulines. Il fera l'objet d'une fouille très prochainement. A n'en pas douter ce remarquable témoin des pratiques funéraires antiques prendra place un jour en bonne place au sein des collections du musée.

 

 

2018_gambetta_024.jpg

 

Dans la suite du terrassement, une nouvelle sépulture est découverte.

 

2018_gambetta_025.jpg

Il faut sortir les petits outils ! Alban Tremblay, stagiaire de l'Université Lyon 2, dégage minutieusement les ossements du squelette.

2018_gambetta_028.jpg

Ces inhumations livreront probablement d'autres informations après étude. Des datations au carbone 14 permettront de caler chronologiquement ces tombes.

2018_gambetta_029.jpeg

Nouvelle surprise, une incinération. L'urne en céramique apparait dans la coupe. Il va falloir l'enregistrer puis la prélever. Sa fouille sera réalisée dans un second temps. Ce type de tombe se rattache aux pratiques funéraires des Ier et IIe siècles de notre ère.

2018_gambetta_031.jpeg

 

L'ensemble de la terre contenue dans la fosse où l'urne est déposée est recueillie pour être tamisée et étudiée finement à la recherche de charbons et autres restes. De telles analyses viennent éclairer les pratiques funéraires de nos ancêtres gallo-romains.

2018_gambetta_033.jpg

 

Le chantier archéologique s'achève.

La fouille n'est que la première partie du travail. Ecrire l'Histoire demande encore de nombreuses heures de recherches en laboratoire. Mais les résultats déjà obtenus sont prometteurs...

 

 

*******************************************************

 


Le 2 juin à Saint-Romain-en-Gal - par daniel le 02/07/2018 @ 17:55

Sur les traces de l’empereur Hadrien à Saint-Romain-en Gal

par Marc Bonnetain (texte et photos)

Nous étions une quarantaine, du Groupement archéologique du Mâconnais et des carrières de La Lie à participer à la 17e édition des journées gallo-romaines de Saint-Romain-en Gal face à Vienne, au bord du Rhône. Pour cette édition le public était invité à rencontrer l’empereur Hadrien qui régna de 117 à 138 sur l'Empire, succédant à Trajan.

Pour ceux qui n’avaient jamais assisté à une telle rencontre elle a été une révélation car animée par des dizaines d’associations venues de toute la France et de l’étranger pour nous faire vivre cette période gallo-romaine étalée sur plusieurs siècles et riche en enseignements de toutes natures. Des dizaines de stands étaient installés sous tentes pour nous faire découvrir le tissage et la médecine, la sculpture et la cuisine, les parfums et la céramique… Il y eut aussi les armées avec 100 à 200 guerriers en armes habillés avec un soin extrême qui ont défilé révélant la richesse et la diversité de leurs équipements. Certains ont aussi pu participer à des ateliers.

La découverte de la journée a été complétée par la visite du très riche musée gallo-romain.

 

DSC_0723_Journees_gallo-romaines.jpg

 

DSC_0724.jpg

 

DSC_0724.jpg

 

DSC_0732.jpg

 

DSC_0737.jpg

 

DSC_0741.jpg

 

DSC_0744.jpg

 

DSC_0759.jpg

 

DSC_0761.jpg

 

DSC_0762.jpg

 

DSC_0763.jpg

 

DSC_0771.jpg

 

DSC_0773.jpg

 

DSC_0775.jpg

 

DSC_0788.jpg

 

DSC_0792.jpg

 

DSC_0800.jpg

 

DSC_0814.jpg

 

*********************************************************

 

 


fabriquer une tuile romaine - par daniel le 21/11/2017 @ 15:56

Fabriquer une tuile romaine plate à rebord

La tegula

Dans le cadre des ateliers du GAM, en prévision d'un atelier pédagogique, réalisation de tuiles romaines de type "tegula" (d'un modèle légèrement réduit).

 

2017_tegula_021.jpg

Le couple "tegula / imbrex" emblématique des toitures antiques

 

Les étapes de la fabrication de la tegula

 

2017-tegula001.jpg

Le moule servant à la fabrication des tuiles

2017-tegula002.jpg

Pétrissage de l'argile

2017-tegula003.jpg

Sablage du moule

2017-tegula004.jpg

Et des bords

2017-tegula005.jpg

L'argile est posée dans le moule

2017-tegula006.jpg

L'argile est étalée

2017-tegula007.jpg

Et encore étalée

2017-tegula008.jpg

Les rebords sont réalisés en ramenant le surplus d'argile contre les bords du moule

2017-tegula009.jpg

Découpe du surplus

2017-tegula010.jpg

Lissage de la tuile

2017-tegula011.jpg

Affinage des bords de la tuile

2017-tegula012.jpg

Découpe des encoches arrières

2017-tegula013.jpg

Découpe des encoches arrières, suite

2017-tegula014.jpg

La tuile est faite

2017-tegula015.jpg

Il reste à la démouler

2017-tegula016.jpg

Et voila, c'est fait !

2017-tegula017.jpg

De nouvelles encoches sont faites sur les bords avant à l'extérieur

2017-tegula018.jpg

La tuile est prête : séchage puis  direction le four

 

*****************************************


Deux amphorisques antiques - par daniel le 10/01/2017 @ 15:51

Deux objets en céramique énigmatiques

 

Par Cyriac Merle (stagiaire de 3e du collège En Fleurette de Saint-Gengoux-Le-National)

 

En 1986, François Cognot a dirigé une fouille de sauvetage Rue du Vieux Bourg, à Flacé, commune de Mâcon. De nombreux vestiges et en particulier des restes de céramique variés et parfois peu ordinaires ont été découverts à cette occasion.

Parmi ces éléments, deux fragments d’objets en céramique nous interrogent sur leur fonction.

Il s’agit de deux fragments d’amphorisque.

Pour le premier fragment, d’une hauteur maximale de 10,3 cm et d’une largeur maximale de 5 ,2 cm, le col est absent, la panse arrondie et le pied plein fuselé est cassé à sa base. On peut aussi noter la présence de cannelures sur la partie supérieure de la panse.

 

2016_amphorisque_01.jpg

 

Le deuxième fragment, plus petit que le premier, a une hauteur maximale de 6 cm et une largeur maximale de 3,4 cm. Son col, la partie supérieure de sa panse ainsi que son pied sont absents.

 

2016_amphorisque_02.jpg

 

Ces deux objets sont  réalisés dans une argile orangée semi grossière. La paroi de leur panse est épaisse (1 cm pour le deuxième) ce qui ménage un espace réduit à l’intérieur.

Les archéologues s’interrogent encore sur la fonction de ces « récipients ».

 

 

Hypothèses sur l’utilité des amphorisques

 

 

            - D’après Rodriguez-Almeida, les amphorisques auraient pu servir de bouchons aux amphores ou de ventouse pour décoller ces bouchons.

            -D’après Pavolini, elles auraient pu être employées comme des cornets pour mélanger et lancer des dés.

            -Selon d’autres hypothèses ces amphorisques auraient pu servir pour fabriquer des voûtes, comme récipient pour contenir des onguents (« unguentaria »), comme échantillon afin de vérifier la cargaison des amphores ou encore de luminaires.

L’hypothèse de Rodriguez-Almeida semble être infirmée par la difficulté, voire l’impossibilité d’emboîtement d’une amphorisque avec une amphore.

 

2016_amphorisque_03.jpg

 

un exemple d'amphorisque trouvé dans le Var

http://artefacts.mom.fr/fr/result.php?id=AMF-4009&find=FLU&pagenum=1&affmode=vign

 

Bibliographie :

 

JOLY (M.), CURRIA (A.). – Les amphorisques du quartier du sanctuaire de la Genetoye à Autun (Saône-et-Loire), SFECAG, Acte du Colloque d’Autun, 2016, pp.557-564.

 

 

 

 

 

 

 

 


1986, les fouilles de la rue du Vieux Bourg - par daniel le 11/05/2016 @ 09:51

Ne ratez pas l'histoire d'objet de ce mois de juillet

Il y a 30 ans

Des vestiges gallo-romains rue du Vieux Bourg à Flacé

ou la splendeur passée de Matisco

 

En 1986, voici 30 ans, un projet de lotissement rue du Vieux Bourg à Flacé, allait amener le Groupement Archéologique du Mâconnais à faire surgir de terre les restes monumentaux d'une exceptionnelle demeure antique. Les fouilles furent conduites par François Cognot.

1986_vieux_bourg006.jpg

Après décapage, un premier massif de maçonnerie aux impressionnantes dimensions est mis au jour (cliché G. Thomas)

1986_vieux_bourg005.jpg

Accolée à la première construction, une abside tout aussi spectaculaire (cliché G. Thomas)

1986_vieux_bourg004.jpg

Vue générale des structures mises au jour (cliché J. M. Zeller)

1986_vieux_bourg007.jpg

Vue cavalière des substructions (dessin J. M. Zeller)

 

Les structures ainsi dégagées constituait donc d'une part un rectangle de 14,2 m X 11,9 m, et une abside de 11 m de diamètre. Les murs dont l'épaisseur dépasse les 2 m étaient installés directement sur le rocher calcaire qui a du être mis à nu  par les constructeurs. Pour assurer la solidité de leur maçonnerie, les bâtisseurs ont construit une large base pour les murs, puis sur l'extérieur, ont progressivement diminué la largeur créant ainsi des ressauts successifs. A l'intérieur des deux constructions, des murs de refend viennent consolider l'édifice.

Les fouilles ont montré que cet ensemble avaient été construits dans le courant de la deuxième moitié du Ier siècle de notre ère, et que les bâtiments avaient succédé à une construction plus ancienne datant probablement du début du Ier siècle.

1986_vieux_bourg008.jpg

Quelques un des objets retrouvés au cours des fouilles (F. Cognot)

 

Les restes de murs découverts sur ce site correspondent aux sous-bassement destinés à rattraper la forte du terrain. Nous n'avons ici que la base des bâtiments qui devaient s'élever assez haut pour dominer le ruisseau de l'Abîme et être vue de loin, probablement de la voie romaine qui circulait en face, venant de Mâcon pour prendre la direction d'Autun. Ces deux construction n'étaient pas isolées et doivent être considérer comme faisant partie d'une vaste luxueuse villa dont d'autres traces furent mises au jour dans le secteur. Telle la mosaïque au gladiateur qui fut découverte au XIXe siècle et qui est présentée au musée des Ursulines de Mâcon.

1986_vieux_bourg_dia_016_bis.jpg

Le médaillon central de la mosaïque exhumée non loin de la fouille de 1986 (cliché GAM)

 

Une série d'objets particulièrement intéressant a été recueillie pendant les fouilles.  Nous les présenterons cette année au travers de la rubrique "Histoire d'objets". Ce mois ci, un fragment de marbre importé de Grèce (voir la rubrique "Histoire d'objets").

 

**************************************************************

 

 

 


Valorisation des travaux du GAM - par daniel le 04/02/2016 @ 16:59

Valorisation des travaux du GAM

Art...Chéologie

 

Suite au chantier mené en 2012, rue du Concours, sur une portion de la nécropole gallo-romaine, les promoteurs du projet immobilier à l'origine de notre intervention, ont souhaité inscrire dans le nouvel immeuble la trace du passé.

Blaise Adilon, artiste photographe, nous offre ainsi une œuvre qui, installée dans le hall de l'immeuble, rappelle le passé de la ville et valorise le travail du GAM.

 

                                       2016_Adilon.jpg                 

                  

La réalisation de Blaise Adilon a servi pour la carte de vœux de la société imterval en 2016

 

2016_Adilon_bis.jpg

 

**************************************

 


Chevaux à Matisco - par daniel le 03/02/2016 @ 14:24

Les chevaux dans la ville de Mâcon à l’époque gallo-romaine

Des gestes et des pratiques qui interrogent

 

Le bruit des sabots des chevaux résonnant dans les rues de la ville, voici une sensation qui avait disparu. L’usage réintroduit du cheval pour tracter le système d’arrosage des bacs à fleurs, les calèches et la police montée, ramènent aujourd'hui à notre oreille un bruit qui fut familier pour bien des générations de citadins.

Depuis leur domestication, les équidés (chevaux, ânes, bardots et autres mulets) étaient utilisés comme monture, comme animal de bât ou  pour être attelés à des chars et chariots.

                               2016_QUADRIGE.jpg

Le quadrige romain, char tiré par quatre chevaux, est une image couramment utilisé pour illustrer des objets, comme par exemple ci-dessus sur ce vase à médaillon d’applique présenté au musée gallo-romain de Lyon.

Des découvertes archéologiques viennent apporter un éclairage particulier sur la présence des chevaux dans l’antique Matisco.

 

Les fouilles du parking Rambuteau en 1994 / 1995                    

 

1994_95_Rambuteau011.jpg             1994_95_Rambuteau007.jpg

Le parking Rambuteau en 1995 avant la fouille

Les recherches menées par l’AFAN parking Rambuteau, à l’emplacement de l’ancienne usine Monet-Goyon (devenue ensuite Motostandart) ont notamment livré de nombreux ossements de chevaux.

                                  1994_95_Rambuteau002.jpg

Décapage à la pelle mécanique   

1994_95_Rambuteau004.jpg     

Fouille d'une fosse contenant une série d'ossements

Ces restes se trouvaient regroupés dans des fosses creusée à l’origine pour récupérer de la terre destinée à la construction.

1994_95_Rambuteau009.jpg

Fouille minutieuse à "l'outil de dentiste"

Une étude de ces restes a été réalisée par Sébastien Lepetz, archéozoologue.

Ainsi, plus de 2000 restes (ossements et dents) ont été répertoriés dont l’essentiel, 1497 os, appartenaient à des équidés.Il s’agit pour 80 % d’animaux âgés entre 5 et 10 ans, pour les 20 % restant, ce sont des bêtes de plus de 10 ans ou de 2/3 ans. La cause de la mort de ces animaux n’est pas perceptible par l’étude des ossements.

Ces dépôts ont été datés du IIe siècle et du début du IIIe siècle après J.-C., notamment grâce à une monnaie d’argent, un antoninien, de l’empereur Caracalla (198-217).

                                                 1994_95_Rambuteau_avers_ant.jpg

Mais la situation de ces os pose bien des questions.

En effet, il ne s’agit pas de chevaux morts et enterrés dont on aurait retrouvé les squelettes intacts. On ne peut pas parler de « cimetière ». Les restes osseux se retrouvent rassemblés en fosse,ou sous forme d’épandage, dispersés. Seules les parties les plus tenaces du squelette se retrouvent en connexion, à savoir des tronçons de colonnes vertébrales.

1994_95_Rambuteau013.jpg

  

Le cheval n'était pas consommé par les gallo-romains, il ne s'agit pas de restes de boucherie.Il semble qu’une fois morts les corps des chevaux aient été déposés en un point (proche ?), puis la décomposition avancée les carcasses désarticulées sont enfouies.

                                         1994_95_rambuteau_022.jpg                            

Mandibule de chevaux.

 

Ces constations mettent en évidence des gestes et des pratiques dont les causes nous échappent largement. Cette gestion des animaux morts est-elle motivée par des habitudes profanes et pragmatiques, ou sous tendue par une pensée religieuse ? La présence au milieu de ces restes de 2 enfants mort en période périnatale dont les dépouilles ont été installées dans des tuiles, laisse penser que qu’une pensée religieuse entourait les pratiques mises en lumière ici

 

Une autre fouille menée en 1997, au 17 rue Lacretelle, nous prouve en tous cas que la place du cheval dans la culture gallo-romaine n’était pas insignifiante.

1997_lacretelle_003.jpg

1997_lacretelle0_006.jpg

Le fossé et son comblement

 

Les recherches sur ce site ont mis en évidence des traces d’occupations gallo-romaines datables du Haut Empire (entre 20 av. J.-C. et le milieu du IIIe siècle).

Au sein du mobilier mis au jour, de nombreux fragments de faune ont été recueillis.

 Pour la majorité, il s’agissait d’ossements de bœuf, porc et caprinés (chèvres ou mouton), témoins de la consommation de ces animaux par les mâconnais de l’époque.

Le cheval est présent dans cet ensemble mais dans une proportion très faible. Cependant, cette présence est loin d’être anecdotique puisque ce sont 3 crânes qui ont été retrouvés.

 

1997_lacretelle0_007.jpg

Un des crânes en place apràs son dégagement

Là encore, le dépôt de ces restes de chevaux pose question, simple rejet ou geste symbolique ?

A Rome, on offrait au dieu Mars, une tête de cheval rempli de grains de blé. Le cheval représentait "l'esprit du blé".

Nous ne pouvons pas assimiler les crânes de la rue Lacretelle à cete pratique car aucune donnée de fouille ne permet de l’étayer. Cependant, cette coutume romaine illustre la valeur symbolique que pouvait revêtir le cheval dans les cultures anciennes.

2016_diasulos.jpg

Revers d'une monnaie d'argent gauloise avec la figuration d'un cheval bondissant, on peut lire le nom DIASULOS

Un article plus complet est consultable dans la rubrique Histoire de notre site.

 

**********************************************

  

 

 

 


DébutPrécédent [ 1 2 ] SuivantFin
Recherche



Calendrier

Lundi 08 Mars 2021

Agenda pour les 200 prochains jours


Aucun évènement

Archives

Webmaster - Infos

Haut