Nouvelles

Eté 2018, fouilles rue Gambetta - par daniel le 18/09/2018 @ 09:08

Eté 2018, fouilles rue Gambetta

La nécropole antique au fil de la tranchée

Une opération archéologique menée par l'Institut National de Recherches Archéologiques (Inrap)

Clichés C. Capdeville, Carole Fossurier et D. Barthèlemy (Inrap)

 

2018_gambetta_001.jpg

En juillet et août de cette année 2018, la mise en place d'un réseau de chauffage urbain, rue Gambetta à Mâcon, a été l'occasion de nouvelles découvertes concernant la nécropole antique.  Une parfaite collaboration avec ENGIE, en charge du chauffage urbain sur la ville, a permis de réaliser cette opération de la façon la plus efficace malgré des conditions d'intervention délicates.

2018_gambetta_002.jpg

 

Après l'enlèvement des couches supérieures dont l'enrobé et le niveau d'anciens pavés, les archéologies sont attentifs et tentent d'identifier le moindre indice pouvant révéler la pr"sence de vestiges archéologiques.

2018_gambetta_004.jpg

 

En haut de la rue, des premiers niveaux sont repérés et font l'objet d'un relevé photographique.

 

2018_gambetta_005.jpg

 

Dans une tranchée étroite les précautions liées à la sécurité sont drastiques. Au-dessous de 1,3 m il faut travailler avec des blindages qui empêchent les possibles effondrements. Le nettoyage des coupes pour observer les couches de terrain, la stratigraphie, est une étape incontournable pour les chercheurs.

 

2018_gambetta_006.jpg

 

2018_gambetta_007.jpg

Au pied de la coupe un squelette humain est mis au jour. Le défunt est allongé sur le dos. Cette découverte confirme que la rue Gambetta se place au coeur de la nécropole gallo-romaine de Mâcon.

 

2018_gambetta_008.jpg

 

Après un dégagement rapide, car l'enjeu est de ne pas interrompre trop longtemps le chantier, l'équipe des archéologue s'organise pour relever le maximum de données pour pouvoir ensuite interpréter au mieux cette sépulture. Les observations de l'anthropologie Carole Fossurier, permettent déjà de dire que l'individu retrouvé a été inhumé dans un contenant en bois, probablement un cercueil. Ce dernier n'a pas résisté au temps.

2018_gambetta_009.jpg

 

Les vestiges découverts font l'objet d'un enregistrement topographique. Ils pourront être précisément replacés sur un plan.

2018_gambetta_026.jpg

 

Une nouvelle inhumation a été retrouvée. Une fois le squelette dégagé l'anthropologue se remet patiemment au travail.

 

2018_gambetta_010.jpg

Le creusement de la tranchée se poursuit et...

 

2018_gambetta_011.jpg

...  Et voici qu'apparait le couvercle d'un sarcophage !

La plus belle et spectaculaire trouvaille de ce chantier d'archéologie préventive.

La présence de ce tombeau de pierre n'est pas à proprement parler une surprise puisque en 2011 dans ce même secteur six sarcophages avaient été repérés dont quatre furent fouillés.

2018_gambetta_027.jpg

Le calcaire fin et blanc dans lequel est taillé ce sarcophage permet de situer son lieu d'extraction aux carrières de La Lie à La Roche Vineuse.

 

 

2018_gambetta_012.jpg

 

Les archéologies bénéficient d'une certaine chance puisque le sarcophage est positionné dans l'axe de la tranchée ce qui va faciliter son extraction. Cette phase de prélèvement demeure cependant extrêmement délicate d'autant que le tombeau s'avère brisé en deux. Cette cassure demande encore plus de précautions. L'implication des membres de l'équipe de terrassement qui prennent en main l'opération va assurer sa pleine réussite.

2018_gambetta_013.jpg

 

Avec un soin tout particulier la pelle mécanique dégage la cuve du sarcophage.s

2018_gambetta_014.jpg

 

2018_gambetta_016.jpg

 

Il faut guider le conducteur de pelle qui ne peut pas tout voir depuis sa cabine.

 

2018_gambetta_015.jpg

 

Vérifications avant le relevage.

 

2018_gambetta_017.jpg

 

Une partie du sarcophage est arrimée, dernière concertation...

 

2018_gambetta_018.jpg

 

2018_gambetta_022.jpg

Prêt !

 

2018_gambetta_019.jpg

 

Archéologues et équipe de terrassement retiennent leur souffle...

 

2018_gambetta_020.jpg

 

L'opération sera un succès devant un large public attiré par l'évènement.

 

2018_gambetta_023.jpg

 

Le sarcophage est stocké pour le moment dans un dépôt municipal grâce à la collaboration des services de la ville de Mâcon et en particulier le musée des Ursulines. Il fera l'objet d'une fouille très prochainement. A n'en pas douter ce remarquable témoin des pratiques funéraires antiques prendra place un jour en bonne place au sein des collections du musée.

 

 

2018_gambetta_024.jpg

 

Dans la suite du terrassement, une nouvelle sépulture est découverte.

 

2018_gambetta_025.jpg

Il faut sortir les petits outils ! Alban Tremblay, stagiaire de l'Université Lyon 2, dégage minutieusement les ossements du squelette.

2018_gambetta_028.jpg

Ces inhumations livreront probablement d'autres informations après étude. Des datations au carbone 14 permettront de caler chronologiquement ces tombes.

2018_gambetta_029.jpeg

Nouvelle surprise, une incinération. L'urne en céramique apparait dans la coupe. Il va falloir l'enregistrer puis la prélever. Sa fouille sera réalisée dans un second temps. Ce type de tombe se rattache aux pratiques funéraires des Ier et IIe siècles de notre ère.

2018_gambetta_031.jpeg

 

L'ensemble de la terre contenue dans la fosse où l'urne est déposée est recueillie pour être tamisée et étudiée finement à la recherche de charbons et autres restes. De telles analyses viennent éclairer les pratiques funéraires de nos ancêtres gallo-romains.

2018_gambetta_033.jpg

 

Le chantier archéologique s'achève.

La fouille n'est que la première partie du travail. Ecrire l'Histoire demande encore de nombreuses heures de recherches en laboratoire. Mais les résultats déjà obtenus sont prometteurs...

 

 

*******************************************************

 


Recherche



Calendrier

Jeudi 13 Déc. 2018

Agenda pour les 200 prochains jours


Aucun évènement

Archives

Webmaster - Infos

Haut